Shiatsu : Origine, principes, modalités et contre-indications

Origines du Shiatsu

Shiatsu est un terme japonais qui signifie pressions des doigts. Il désigne une thérapie manuelle qui trouve son origine au VIIe siècle environ dans la rencontre entre médecines traditionnelles chinoises, acupuncture et Amma, massage traditionnel japonais. Il n’a cessé d’évoluer au fil des siècles, et le Shiatsu tel qu’il est aujourd’hui pratiqué a été développé au Japon au début du XXème siècle, en intégrant à ces pratiques traditionnelles des principes de physiologie et d’anatomie occidentales.

En 1964, le gouvernement japonais reconnaissait le Shiatsu comme une discipline thérapeutique à part entière. En France, dans l’état actuel de la législation, le Shiatsu est considéré comme une discipline énergétique qui s’exerce essentiellement dans le domaine du bien-être, bien qu’il figure parmi l’une des huit approches alternatives désignées comme « médecine non conventionnelle digne d’intérêt » par le Parlement européen (résolution A4-0075/97 votée le 29 mai 1997).

Principes d’action du shiatsu

En termes de médecine traditionnelle chinoise, notre bonne santé physique et psychique. L’une et l’autre étant interdépendantes et interactives. Elles dépendent de la fluidité de la circulation du Qi, l’énergie vitale. Lorsque le Qi circule mal, dysfonctionnements, tensions, blocages apparaissent.

Le Shiatsu vise à réguler la circulation du Qi. Il agit par pressions effectuées sur les méridiens, voies de circulation spécifique empruntées par le Qi. Ces méridiens parcourent la totalité de notre corps, de la tête aux pieds. En outre, sur chacun de ces méridiens, certains points en particulier ont un champ d’action et une efficacité spécifique.

Relâchement de l’organisme et relaxation profonde

Le Shiatsu stimule le système nerveux parasympathique. Il est donc l’occasion d’un moment de détente profonde dont les effets perdurent à l’issue de la séance. En outre, il aide ce dernier à remplir ses fonctions essentielles et favorise ainsi la digestion et la sécrétion des glandes endocrines, réduit la pression sanguine et la fréquence des battements cardiaques.

Il favorise relâchement musculaire et lâcher-prise, dans leurs dimensions tant physiologiques que psychiques. En favorisant la bonne circulation de l’énergie, le Shiatsu renforce le système immunitaire, il entretient la santé, apaise les émotions, renforce les capacités d’autodéfense du corps et de l’esprit contre les maladies et le stress. Le Shiatsu est indiqué notamment dans les cas de nervosité, anxiété, stress, fatigue et insomnie, maux de tête, maux de dos, raideurs, lombalgies chroniques, constipation, désordres de la circulation sanguine, syndromes prémenstruels, etc.

Le Shiatsu favorise la circulation des liquides du corps

Par la nature même du geste qui le caractérise, le Shiatsu stimule la circulation lymphatique et la circulation sanguine. Il a une fonction de drainage qui favorise la régulation de la circulation des liquides et l’élimination des toxines.

Par le toucher, le Shiatsu induit une relation privilégiée

Être touché est un besoin essentiel intrinsèque à tout être humain. Le toucher apaise, rassure, répare, dérange même parfois, selon l’histoire de chacun. Il est effectué par le praticien de Shiatsu, dans le respect fondamental de la personne, de son intégrité physique et psychique. Il est réalisé pour cela dans la juste distance, celle qui permet que le receveur soit respecté dans son intimité la plus profonde et dans son cheminement personnel ; celle qui permet également la compassion dans son sens le plus noble ; celle qui permet alors l’interaction entre le receveur et le donneur.

Le Shiatsu favorise un état de stabilité émotionnelle


Lorsqu’elles sont mal gérées, les émotions provoquent des blocages énergétiques qui peuvent induire mal-être, sentiment d’oppression thoracique, douleurs, confusion mentale, incapacité à prendre des décisions, lassitude mentale, fatigue, inappétence, reflux gastrique, etc.

En stimulant la circulation de l’énergie, le Shiatsu vise à prévenir ce type de dysfonctionnements, et à les réguler lorsqu’ils sont avérés. En aidant celui qui le reçoit à se positionner dans un ressenti de globalité, le Shiatsu l’amène à trouver les appuis nécessaires dans son espace intérieur pour prendre du recul par rapport à ses émotions, préambule nécessaire pour ne plus les subir et les remettre à leur juste place. L’image que l’on a de soi s’en trouve ainsi restaurée, légitime et positive, elle vient alors renforcer estime et confiance en soi.

Comment avoir une séance de massage shiatsu :

Le mieux est de trouver un praticien proche de chez vous, il n’y a plus ensuite qu’à réserver une séance, vous allez voir vous ne serez pas déçu !!

Sinon, ils existent différents appareils de massage shiatsu. Ces appareils peuvent être des sièges de massage shiatsu, des appareils pour le cou, les pieds ou des tapis de massages. Ce sont des appareils électriques qui à l’aide de nœud de massage permettent d’avoir un massage shiatsu à la demande, certes un peu moins efficace et que vous pouvez utiliser à n’importe quel moment.

Contre-indications au Shiatsu

  • Le Shiatsu est contre-indiqué chez la femme enceinte dans les trois premiers mois de la grossesse
  • Le Shiatsu est contre-indiqué en cas de douleurs aiguës (lombago par exemple)
  • Le Shiatsu est contre-indiqué lorsque le receveur est sous l’emprise de l’alcool ou d’une drogue
  • Le Shiatsu est contre-indiqué en cas de traitement médicamenteux de type neuroleptique et/ou antidépresseur
  • Le Shiatsu est contre-indiqué en cas de problème cardiaque grave, de type triple pontage, etc.
  • Le Shiatsu est contre-indiqué dans les jours ou semaines qui suivent une intervention chirurgicale
  • Le Shiatsu est contre-indiqué en cas de forte fièvre
  • Le Shiatsu peut être contre-indiqué en cas de cancer
Shiatsu : Origine, principes, modalités et contre-indications

Laisser un commentaire