Cultiver le bonheur au naturel

Le but de la vie véritable est le bonheur, nous sommes tous à la recherche d’une vie meilleure, mais en occident, le bonheur est un concept flou insaisissable et floue.

Posons-nous la question suivante : une existence fondée sur la recherche du bonheur ne serait-elle pas égocentrique par nature, soucieuse de son seul plaisir ? Pas nécessairement. En fait plusieurs études démontrent que les individus malheureux ont tendance à se replier sur elles-mêmes et à ne se préoccuper que d’eux, à tout refuser en bloc et broyer du noir. Inversement, les personnes plus heureuses sont plus souples, sociales, créatives et aptes à supporter les frustrations que nous devons traverser dans notre vie quotidienne. Ils sont donc plus aimants et plus indulgents que les personnes malheureuses.

Alors, comment cultiver le bonheur au naturel ?

Comprendre comment aller vers une vie plus heureuse va vous apprendre en quoi cette recherche du bonheur va se révéler bienfaitrice non seulement pour vous, mais aussi pour votre entourage et la société au sens large.

Qu’est-ce qui définit notre degré de satisfaction ? La comparaison

La comparaison : Si en comparant notre situation présente et celle passée et que nous nous apercevons que nous vivons mieux, alors c’est que notre présent nous rend heureux. Donc être satisfait dépend du point de comparaison adopté. C’est donc A NOUS DE CHOISIR notre point de comparaison : si l’on se compare à toujours plus grand, plus riche, plus fort… cela engendrera frustration et chagrin. Retournons ce principe et comparons-nous à ceux qui sont moins chanceux en songeant à tout ce que nous avons… On se sentira beaucoup mieux.

Être heureux dans sa vie est une affaire de “mental”. Le bonheur n’est pas une illusion, mais ce n’est pas pour autant une chose simple.

Le bonheur au naturel c’est quoi ?

Dans la société actuelle, le modèle de bonheur se mesure avec ces éléments : le confort matériel, l’aisance financière, la bonne santé, une compagne ou un compagnon, les amis. (Nous avons tous besoin de rapports humains d’affection et de confiance)

Cependant, si votre état d’esprit est négatif, vous ne verrez pas les choses de cet oeil et vous vous sentirez malheureux. Si vous êtes de nature frustrée ou triste, malheureusement, votre bien-être physique ne vous sera que d’un maigre secours.

Cependant, si vous savez rester paisible, positif, une santé insuffisante ne sera pas une barrière pour être heureux. Attention toutefois à ne pas confondre l’apaisement de l’esprit avec l’indifférence, l’insensibilité, ou la complète vacuité. Cette paix de l’esprit prend racine dans la compassion et l’affection, elle requiert un haut degré d’émotion et sensibilité. Tant que vous n’aurez pas une certaine discipline intérieure qui permet de procurer la paix de l’esprit, peu importe les facilités, elles ne vous apporteront jamais la joie.

Une femme allongé sur une magnifique plage : c'est ça le bonheur ?

Dans le chemin du bonheur : Désir positif… ou pas ?

Certains désirs sont positifs : le bonheur, la paix, un monde plus harmonieux… Mais passé un certain seuil, ils deviennent déraisonnables et finissent par être source de troubles.

Par exemple, vous avez vite tendance à remplir votre caddie lorsque vous allez faire vos courses, mais si, une par une, vous repreniez toutes les choses posées et que vous vous interrogiez : ai-je vraiment besoin de cela ? Vous enlèveriez de nombreux articles…. Si vous suivez le “désir déraisonnable du moment” vous allez vider vos poches !!! En revanche, le désir fondé sur un besoin essentiel : se nourrir, avoir un foyer, s’habiller, trouver un toit s’avère plus raisonnable.

Pour savoir si un désir est négatif ou positif, il faut aller plus loin que la seule satisfaction de soi. Cette délimitation (négative ou positive) entre un acte ou un désir ne doit pas tenir à une satisfaction immédiate. Il faut plutôt penses à ses conséquences finales pour vous et ceux qui vous entourent.

Par exemple posséder des biens coûteux repose sur le comportement mental “en vouloir toujours plus”. On finit toujours par atteindre une certaine limite de ce que l’on peut obtenir, alors on finit inéluctablement à sombrer dans la dépression, car on ne peut avoir plus : la convoitise conduit à la frustration, car on n’arrive jamais à l’assouvissement de ce désir.

Le seul antidote de la convoitise est le contentement : peu importe que l’on satisfaction ou non, on reste content en dépit de tout. L’important n’est pas d’avoir ce que l’on veut, mais plutôt d’apprécier ce que l’on a. Pour avancer dans votre existence, considérez vos atouts et voyez de quoi vous êtes encore capable.

Le bonheur contre le plaisir :

De nos jours, il n’est pas rare de confondre bonheur et plaisir. Le bonheur est un but de vie. Le vrai bonheur est en rapport avec le cœur et l’esprit, car le bonheur qui dépend du plaisir physique est instable : un jour il est là… Le lendemain il a disparu. Sans conteste bonheur et plaisir sont deux choses différentes. Pourtant lorsque l’on a un choix à faire, on confond souvent les deux…

Tous les jours, nous pouvons avoir du mal à prendre la bonne décision et faire le meilleur choix, surtout lorsqu’il s’agit de faire des sacrifices… afin d’aider à ces choix difficiles, le mieux est de garder le point d’ancrage de base : le but est d’atteindre le bonheur.

Avec cette idée en tête, il devient plus évident de faire un choix dans notre existence, en renonçant à tout ce qui, au bout du compte, révèle sa nocivité après avoir procuré un plaisir momentané.

Reformulez-vous votre question : ce choix va-t-il me procurer du bonheur à long terme ? Cette simple question permet de conduire plus intelligemment. Car ici l’accent n’est plus mis sur ce que l’on refuse, mais sur ce que l’on cherche : le bonheur. On agit pour s’autoriser à être heureux et à avoir droit au bonheur.

Cultiver le bonheur au naturel

Laisser un commentaire