Qu’est-ce que l’andropause ?

À mesure que les hommes s’approchent du mitan de leur vie et par la suite (40 ans et plus), ils peuvent connaître une expérience semblable à la ménopause féminine, appelée l‘andropause. À la différence des femmes, les hommes n’ont pas de points de repère évidents, comme la cessation des menstruations pour les femmes. Toutefois, la ménopause et l’andropause se caractérisent toutes deux par une baisse des concentrations d’hormones : l’œstrogène, chez la femme, et la testostérone, chez l’homme. Chez ces derniers, les transformations de l’organisme se produisent progressivement et elles peuvent s’accompagner de changements au niveau des attitudes, de l’humeur, de la fatigue, de l’énergie, du désir sexuel et de l’endurance physique.

De plus, les études démontrent que cette baisse de la testostérone peut, en fait, faire augmenter le risque d’autres problèmes de santé, tels que les maladies cardiaques et la fragilité des os. Comme tout ceci se passe à un moment où beaucoup d’hommes remettent en question leurs valeurs, leurs réalisations et la direction générale de leur vie, il est souvent difficile de comprendre que ces changements ne sont pas liés qu’à des circonstances externes.

Contrairement à la ménopause, qui se produit généralement entre le milieu de la quarantaine et le milieu de la cinquantaine, la transition vécue par l’homme peut être beaucoup plus progressive et s’étendre sur plusieurs décennies. Plusieurs facteurs peuvent jouer un rôle dans son déclenchement : les attitudes, le stress, l’alcool, un accident ou une intervention chirurgicale, des médicaments, l’obésité et les infections.

Bien que la baisse des concentrations de testostérone se produise essentiellement chez tous les hommes à mesure qu’ils vieillissent, il n’y a aucun moyen de prédire qui connaîtra des symptômes d’andropause assez graves pour nécessiter une aide médicale. Il n’est pas, non plus, possible de prévoir à quel âge les symptômes se manifesteront chez un individu donné. Les symptômes peuvent aussi se manifester différemment d’un homme à l’autre.

L’andropause est-elle un phénomène nouveau ?

Oui et non. En fait, on a décrit l’andropause pour la première fois dans des publications médicales, dans les années 1940. Ce n’est donc pas une idée nouvelle. Mais, ce qui est nouveau, c’est notre capacité de la diagnostiquer correctement. Comme ce n’est que depuis récemment qu’il existe des tests sensibles permettant de mesurer la testostérone biodisponible, l’andropause est demeurée peu diagnostiquée et peu traitée pendant longtemps. Maintenant que les hommes vivent plus longtemps, on s’intéresse davantage à l’andropause.

Une autre raison pour laquelle l’andropause est restée peu diagnostiquée jusqu’ici, c’est que les symptômes peuvent en être vagues et varier grandement d’un individu à l’autre. Certains hommes ont même de la difficulté à admettre que le problème existe. De plus, les médecins ne considéraient pas toujours que de faibles concentrations de testostérone pouvaient en être la cause possible. Ils attribuaient souvent les symptômes à d’autres problèmes médicaux (par exemple, à la dépression) ou ils blâmaient simplement le vieillissement et encourageaient leurs patients à accepter « l’inévitable ». Heureusement, cette situation change rapidement.

Causes et âges

À partir de la quarantaine, les concentrations de testostérone baissent d’environ 10 % par décennie. En même temps, une autre composante de l’organisme, appelée protéine porteuse des stéroïdes sexuels ou PPSS, augmente graduellement. La PPSS retient une bonne partie de la testostérone circulante et elle l’empêche de servir aux tissus corporels. La testostérone qui lui échappe cherche à exercer son action bénéfique. C’est elle qu’on appelle la testostérone « biodisponible ».

L’andropause est le résultat de faibles taux de testostérone « biodisponible ». Chaque homme connaît un déclin de sa testostérone biodisponible. Toutefois, la baisse est plus forte chez certains hommes que chez d’autres. Dans ce cas, ces hommes voient apparaître des symptômes d’andropause. Ces symptômes peuvent affecter leur qualité de vie et les exposer à d’autres risques à long terme qu’entraîne une faible testostérone. On estime que 30 pour cent des hommes dans la cinquantaine ont des taux de testostérone assez bas pour entraîner des symptômes ou constituer un risque.

Importance de la testostérone

La testostérone est une hormone ayant un effet unique sur l’ensemble de l’organisme de l’homme. Elle est produite dans les testicules et la glande surrénale. Elle est, pour l’homme, ce que l’œstrogène est pour la femme. La testostérone aide à la formation des protéines et est essentielle au fonctionnement sexuel normal et aux érections. Elle affecte aussi plusieurs activités métaboliques, notamment la production des cellules sanguines dans la moelle épinière, la formation osseuse, le métabolisme lipidique, le métabolisme des glucides, la fonction hépatique et la croissance de la prostate.

Conséquences de faibles taux de testostérone

Quand il y a moins de testostérone dans l’organisme de l’homme, les organes cibles qui ont besoin de testostérone ne peuvent plus fonctionner correctement, ce qui entraîne plusieurs changements. Les concentrations de testostérone varient énormément d’un homme en santé à l’autre. Pour cette raison, le type de changements et leur étendue varient. Mais, de faibles concentrations de testostérone biodisponible produisent généralement les effets suivants :

  • Baisse du désir sexuel
  • Changements aux niveaux affectifs, psychologiques et comportementaux
  • Diminution de la masse musculaire
  • Réduction de la force musculaire
  • Augmentation des tissus adipeux dans la partie supérieure et centrale du corps.

Pourquoi faut-il prendre l’andropause au sérieux?

En plus des effets que l’andropause peut avoir sur la qualité de la vie, il y a d’autres effets silencieux, mais à long terme, qui sont plus difficiles à suivre, plus précisément, un risque accru de troubles cardiovasculaires et d’ostéoporose.

L’andropause et l’ostéoporose

Chez un individu en santé, le tissu osseux est constamment détruit et renouvelé. Chez une personne atteinte d’ostéoporose, plus de tissus osseux sont perdus que régénérés. Nous avons tous entendu parler de femmes qui ont des os fragiles, c’est-à-dire l’ostéoporose, après la ménopause. Chez l’homme, on croit que la testostérone aide à maintenir des os en santé. De 40 à 70 ans, la baisse globale de la densité osseuse chez l’homme peut atteindre 15 pour cent.

Malheureusement, à cause du vieillissement et de la baisse des concentrations de testostérone, les hommes semblent avoir un risque d’ostéoporose semblable à celui des femmes. De plus, après 50 ans, environ un homme sur huit est atteint d’ostéoporose. Ainsi, l’incidence des fractures de la hanche augmente de manière exponentielle chez l’homme vieillissant, tout comme chez la femme, mais cela commence cinq à 10 ans plus tard que chez celle-ci. De plus, chez l’homme, l’incidence des fractures augmente alors que, chez la femme, les taux semblent se stabiliser (probablement parce qu’elles modifient leurs habitudes de vie et prennent des suppléments de calcium et des hormones de substitution).

Pourquoi devriez-vous vous préoccuper d’ostéoporose?

Une faible densité osseuse représente pour vous un risque de fractures fréquentes, de douleurs osseuses et, dans beaucoup de cas, de perte d’indépendance.

Les poignets, les hanches, la colonne vertébrale et les côtes sont le plus souvent atteints. L’ostéoporose se manifeste souvent par un arrondissement progressif et lent des épaules et par une perte de poids. Les fractures de la hanche semblent être particulièrement dévastatrices : jusqu’à un tiers des patients ne retrouvent jamais leur mobilité complète.

Risques cardiovasculaires

Il est maintenant généralement reconnu que le risque d’athérosclérose (durcissement des artères) chez la femme augmente après la ménopause. L’œstrogénothérapie substitutive semble inverser cette tendance. De nouveaux résultats de recherche indiquent qu’un phénomène semblable se produit chez l’homme à mesure que ses taux de testostérone baissent avec l’âge.

Certes, la recherche n’est pas aussi avancée que pour les femmes. Cependant, les résultats cliniques semblent confirmer un lien entre de faibles concentrations de testostérone et une augmentation des facteurs de risque cardiovasculaire chez l’homme.

Qu’est-ce que l’andropause ?

Laisser un commentaire